Le blog de Jean Jacq

Blog du candidat vert de Bar le Duc aux législatives

01 juin 2007

Réponse faite à...

...Meuse Nature Environnement, dont je vous invite à aller voir le dossier sur les biocarburants.

 

En  réponse à votre courrier,  je vous assure de mon accord avec toutes les revendications de votre association. Je soutiens en particulier les thèses du collectif meusien pour une terre sans OGM ainsi que vos analyses très pertinentes sur les « agrocarburants ».

En ce qui concerne les 3 chantiers prioritaires, vous n'ignorez pas que le dossier de l'A32  fait l'objet  de critiques incessantes des Verts au  Conseil régional de Lorraine. Pour ma part je suis très attaché à l'idée d'une décentralisation de l'activité, même à l'échelle de la Lorraine. Et par conséquent tout ce qui peut freiner l' hyper-développement de l'axe Nancy-Metz comme l'abandon de l'A32 ou le classement de la foret de Haye me parait bon à prendre!

Reste la question de l'enfouissement des déchets radioactifs à Bure.

 Il me semble indispensable  de préciser ma position sur ce dossier crucial pour notre département, d'autant que vu ma désignation tardive, ma profession de foi, rédigée nationalement n'évoque pas spécialement le problème de l'enfouissement des déchets à Bure. Elle est axée sur l'arrêt de l'EPR et la fin programmée de l'industrie nucléaire. Je remarque une grande convergence à ce sujet avec l'analyse de Meuse Nature Environnement.

Mais nous savons que  même si les Verts et les associations obtenaient satisfaction  sur  ces points, il resterait  à gérer les déchets nucléaires existants et ceux résultant de la fermeture des centrales.

Comme je  l'écrivais déjà en 2004 au  CDR :

«  Concernant cette production de déchets que le mouvement antinucléaire  (     auquel j’appartiens depuis 1973 )  n’a pu empêcher, je  considère avec les  VERTS  que la moins mauvaise des solutions serait actuellement  un entreposage en subsurface, réversible et sous surveillance constante, sur les sites des centrales tant qu’elles fonctionnent encore, et peut être en un lieu plus centralisé  à plus longue échéance.

Cette option   serait   la seule forme de stockage réversible crédible. Elle n’a évidemment rien à voir avec le projet initial de  Bure   (enfouissement en couche profonde en comptant sur  la barrière rocheuse pour assurer l’étanchéité),  et  si elle était retenue remettrait en cause toute la procédure.

Bien entendu,  je plaide pour l’arrêt des centrales nucléaires  (civiles et militaires) ».


La loi de 2006 ne va pas dans ce sens puisqu'elle privilégie les « recherches » les plus « avancées »: enfouissement profond et sur le site de Bure. Je suis convaincu de la nécessité d'abroger cette loi.

Personnellement  je pense qu'il faudra continuer à se battre sur la base  des faiblesses géologiques, sur la nécessaire consultation démocratique des Meusiens et Haut-Marnais et  sur le rééquilibrage de la recherche en faveur  d'études alternatives au projet  de l'Andra à Bure. Surtout, il me semble qu'il faudrait détourner dans notre sens (c'est à dire l'abandon du projet de Bure) le concept de réversibilité tellement mis en avant:  l'entreposage en subsurface réversible par nature comme concurrent du stockage en couche profonde supposé réversible un certain temps...


Posté par JeanJacq à 04:15 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire